Fr En

Call of Cthulhu : Dark Corners of the Earth

Publié le 11 mai 2007 à 12h00 dans la catégorie Critiques de jeux par Polaris.

Aujourd’hui sur netday.be, nous allons vous parler d’une vieillerie sortie il y a un peu plus d’une année, simplement parce que nous avons une affection particulière pour ce jeu très particulier. Celui-ci se révèle être une excellente adaptation d’un jeu de rôle papier tiré lui-même de l’œuvre de Lovecraft et de son fameux « Mythe de Cthulhu ».

On ne présente plus Lovecraft, écrivain américain maudit, reconnu comme un des grands maîtres de l’horreur du début du XXième siècle. Il possède à son actif une série impressionnante de poèmes, de nouvelles et de romans fantastiques et d’horreur. A travers son œuvre, on rencontre un Mythe, le « Mythe des Grands Anciens » (plus connu sous le nom de « Mythe de Cthulhu ».)

Pour en savoir plus sur Lovecraft et son Mythe :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lovecraft
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythe_de_Cthulhu

Le milieu du jeu de rôle papier - ces jeux qui se jouent à plusieurs autour d’une table, avec des dés et des règles précises, dans lesquels chacun joue un personnage, face à un maître de jeu - toujours prêt à récupérer des œuvres intéressantes pour en faire des jeux passionnants, utilise ce Mythe de Cthulhu pour en faire un des jeux de rôle les plus joués au monde, depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui.

Constatant la popularité de ce jeu de rôle, quelques éditeurs ont décidé au fil des années de sortir leur jeu vidéo sur le sujet, ce qui nous amène aujourd’hui à ma critique personnelle sur « Call of Cthulhu : Dark Corners of the Earth », sorti en mars 2006.

Jack Walter est un détective privé comme les autres, qui se retrouve confronté une nuit noire et pluvieuse à une secte de fanatiques qui le traque depuis des mois, sans qu’il sache pourquoi. Il gardera de cette nuit un sérieux choc émotionnel qui le privera de six années de sa vie passées à faire « on ne sait trop quoi ».

On retrouve Jack dans son bureau lorsqu’il accepte, presque forcé, une enquête sur une disparition dans la petite ville côtière d’Innsmouth où les cadavres s’accumulent et les étrangers ne sont pas les bienvenus, surtout ceux qui posent des questions.

Voilà pour l’histoire, je n’en dis pas plus afin de ne pas gâcher le plaisir de la découverte.

En quelques mots, mes sentiments sur ce jeu sont extrêmement positifs ! Certes, ce n’est pas le meilleur jeu auquel vous avez joué, mais c’est certainement l’adaptation la plus fidèle au Mythe de Cthulhu que je n’aie jamais vue sur un moniteur.

Question gameplay, on peut parler d’un jeu d’aventure-action à la première personne (comme dans un FPS classique). Les énigmes sont sympathiques et les passages « action » sont bien rendus et très flippants.

Mais le point fort du jeu, en plus de la bonne restitution du classique du jeu de rôle, c’est immanquablement l’ambiance ! Elle est parfaite pour un jeu de la sorte, et elle ne manque pas de vous prendre à la gorge… et de serrer… très fort. Par exemple, les développeurs ont intégré la règle de la santé mentale dans leur jeu : chaque fois que vous verrez quelque chose de choquant (comme un cadavre ou une créature surnaturelle), votre vision se trouble, vous entendez des bruits, les commandes répondront moins bien et si l’effet se prolonge, vous entendrez votre personnage devenir dingue et chuchoter tout seul, très vite, d’une petite voix angoissée. Cette façon de représenter la folie est très efficace et je vous laisse imager la fuite devant une abomination alors vous aurez l’impression que votre personnage vient de boire une bouteille de whisky cul sec.

Quelques regrets cependant : la durée de vie assez courte du jeu, la linéarité de la progression dans l’histoire et quelques passages très lourds à passer (répétitivité de l’action, difficulté extrême, etc).

Un dernier conseil pour vraiment l’apprécier : jouez au casque, seul, dans le noir. Si vous ne ressentez rien, il est temps d’arrêter les doses massives d’anti-douleurs et anti-dépresseurs.

Si vous êtes fan du jeu de rôle et de Lovecraft et que vous voulez vous immerger dans son univers… foncez !

Call of Cthulhu : Dark Corners of the Earth
Dispo sur Xbox et PC (Config minimum : CPU 2 GHz, 512 Mo de RAM, Carte vidéo 64 Mo)
Editeur : Ubi Soft
Développeur : Headfirst Productions
ESRB : 17 ans pour cause de sang, ambiance perturbante, violences extrêmes, jurons, usage de drogues et d’alcool.
Trouvable pour PC à partir de 30 euros.

Site officiel du jeu : http://www.callofcthulhu.com